Enquête nationale sur le vécu du travail et du chômage pendant la crise sanitaire liée au Covid-19


La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 et les mesures d'endiguements qui ont été mises en place ont conduit à des changements sans précédents dans l'organisation du travail - développement du télétravail, mise en place de protocoles sanitaires, recours massif à l'activité partielle etc. - pour toutes les professions et dans tous les secteurs d'activité. Ces changements organisationnels ont entraîné des transformations importantes des conditions de travail aux effets majeurs sur les collectifs de travail, le télétravail, l'usage des outils numériques. La crise sanitaire a également été marquée par une baisse, puis des fluctuations de l'activité économique importantes conduisant à des sorties de l'emploi temporaires ou durables, notamment pour les intérimaires et titulaires de contrats de travail de courte durée. Ces situations sont potentiellement génératrices de risques psychosociaux accrus avec des effets sur la santé des individus et/ou le bon fonctionnement des entreprises. Il convient donc de les décrire et les mesurer. Cette enquête « flash » tente de répondre à cette objectif et à une triple demande. Premièrement, le Conseil scientifique Covid-19, dans son avis du 27 juillet 2020, considère que les « risques psychosociaux doivent faire l'objet d'une vigilance des employeurs et des pouvoirs publics, au moment du retour au travail à la rentrée » et estime que « des travaux d'enquête pourraient explorer ces conditions inédites de santé au travail, afin d'étudier, de prévenir et d'accompagner les conséquences de l'épidémie et du confinement dans ce domaine ». Deuxièmement, elle fait suite à la demande du ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, de décrire et quantifier les conditions de travail et les risques psychosociaux suite à la crise sanitaire et ce en comparaison à la période précédant l'apparition de l'épidémie, afin de cerner au plus près les évolutions en cours sur le marché du travail. Enfin, elle permet de répondre à une demande sociale vive d'informations sur ces thématiques dans ce contexte particulier. Le contexte actuel implique de décrire spécifiquement les conséquences concrètes de la crise, de façon urgente, dans le respect des contraintes sanitaires. L'enquête « flash » TraCov vise donc à répondre à cette attente. Enfin, TraCov est la seule enquête « flash » menée pendant la crise sanitaire centrée sur le travail avec un échantillon représentatif.

  • Données disponibles /
  •  lil-1486

Descriptif de l'enquête

Titre parallèle : Enquête Tracov
N° d'identification : lil-1486
Producteur(s) :
  • Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques (DARES) - Ministère du Travail et de l'Emploi

  • Citation bibliographique

    Modèle de citation : Tracov, DARES - Ministère du Travail (producteur), ADISP (diffuseur)

    La source des données diffusées doit apparaître dans les publications s'appuyant sur ces données (notes de bas de pages, références bibliographiques, légendes de tableaux).

    Étendue de l'enquête

    Classification :
  • Travail et emploi
  • Santé et protection sociale
  • Mots-clefs :
  • Conditions de travail
  • Risques psychosociaux
  • Santé au travail
  • Covid
  • Date(s) de collecte : début = 2021-01-25 - fin = 2021-03-19
    Couverture géographique :
  • France métropolitaine
  • Univers : Personnes âgés de 20 à 62 ans ayant occupé un emploi pendant la crise sanitaire (à partir de mi-mars 2020)
    Unité géographique : France entière
    Unité d'analyse : Individu
    Type de données : Données d'enquêtes individuelles
    Nombre de fichiers : 1 fichier de données

    Méthodologie et traitement

    Dimension temporelle : Aucune
    Organisme responsable de la collecte des données :
  • IPSOS
  • Méthode d'échantillonnage : L'enquête portant sur des individus, l'échantillon consiste en un tirage aléatoire d'individus parmi ceux ayant perçu un revenu d'activité ou une allocation chômage en 2018, par sondage aléatoire simple stratifié dans la table individus du dernier millésime de Fidéli. Les strates sont les suivantes : · Région de résidence : compte-tenu de l'hétérogénéité des effets de la crise sanitaire entre les régions de résidence, il est primordial de pouvoir non seulement comparer les résultats de l'enquête entre régions mais également de disposer d'un nombre de répondants suffisants pour une région donnée pour publier des données représentatives. Par conséquent, l'échantillon est stratifié selon les régions de résidence des individus. Le protocole de collecte (internet et papier ; cf. supra) conditionne fortement les taux de réponses. Un sur-échantillonnage (resp. sous-échantillonnage) est réalisé pour les régions dont les taux de réponses usuels lors d'enquêtes de type CAWI sont relativement plus élevés que la moyenne (resp. plus bas que la moyenne) et dans lesquelles le taux d'emploi est plus bas que la moyenne (resp. plus élevé). · Revenu d'activité ou prestations chômage : il est important de pouvoir diffuser des résultats sur les individus aux revenus les plus modestes et il est donc nécessaire d'obtenir un nombre de répondants suffisant. Pour cela, l'échantillon est découpé en deux strates dont l'une est constituée des individus dont les revenus - d'activité (traitements, salaires, autres bénéfices) et allocations chômage - dans le dernier millésime de Fidéli sont inférieurs au premier quartile de la distribution du revenu des individus de la région de résidence et faisant parti d'un ménage dont le revenu disponible est inférieur au premier quartile de la distribution du revenu disponible des ménages de la région de résidence. L'autre strate est donc composée de tous les individus n'entrant pas dans la première. Les individus de la première strate, nommés « individus ciblés » par la suite, ont habituellement des taux de réponses inférieurs à la moyenne, ils seront donc surreprésentés. Au total, l'échantillon est composé de 26 strates (13 strates régionales x 2 strates de revenu). L'échantillon composé de 50 000 individus est décomposé (après tirage) en deux lots : · Un lot « ciblé » contenant les individus ciblés. Ils seront interrogés en multimode séquentiel internet-papier et bénéficieront d'un protocole de relance plus conséquent que l'autre lot. · Un lot « principal » contenant tous les autres individus. Ils seront interrogés exclusivement sur internet. L'allocation des strates est calculée de telle façon à obtenir : · Un minimum de 1500 répondants par région sauf en Corse avec un objectif de 500 répondants; · Un minimum de 400 répondants par lot dans chacune des régions sauf en Corse.
    Mode de collecte : La collecte se fait sur internet et sur papier et les proxys sont interdits du fait du caractère subjectif des réponses demandées. Le protocole de collecte est séquentiel pour une partie de l'échantillon : 100 % internet les premiers jours, puis collecte sur internet et sur papier. Cette même partie de l'échantillon est également relancée par téléphone. Pour les autres individus, la collecte est réalisée sur internet et sans relance téléphonique. L'échantillon tiré est constitué de deux lots principaux, définis précédemment : le lot « ciblé » et le lot « principal ». Afin de de prévenir d'éventuels effets de mode, ces deux lots sont chacun divisés aléatoirement en deux sous-lots : le premier est interrogé selon un protocole de collecte multimode avec protocole de relance renforcé, l'autre selon un protocole de collecte 100% web et un protocole de relance plus simple
    Type d'instrument de collecte : Plateforme web et questionnaire papier
    Caractéristiques de la collecte : 20-25 minutes en moyenne. La personne interrogée répond pour elle-même. La réponse par proxy n'est pas autorisée
    Pondération : Les pondérations ont été calculées afin que les répondants soient représentatifs de l'ensemble des personnes ayant occupé un emploi pendant la crise sanitaire en France métropolitaine. La variable de pondération à utiliser est PONDCAL
    Taux de réponse : 19 393 répondants dans le champ de l'enquête sur 49 931 concernés par l'envoi des lettres et mails avis (69 individus tirés n'ont pas été conservés car leur identité n'était pas connue). Le taux de réponse s'élève à 39 %.

    Version de l'enquête

    Version des fichiers : Version 1
    Date de la version diffusée : 2021-09-23


    Documents relatifs à l'enquête

    Tous les documents disponibles seront communiqués avec le(s) fichier(s) de données.

    Partage sur les réseaux sociaux

      Partager sur Twitter   Partager sur Mendeley